[Cinéma] L’ombre d’Emily

Coucou les choux!

Je suis ravie de vous retrouver aujourd’hui pour un nouvel article, ça fait un bon moment!
Pour vous la faire courte, j’ai repris le boulot avec le rush du mois de septembre, je suis toujours en recherche d’un nouveau chez moi (ou plutôt d’un premier chez moi vu que j’achète) et j’en suis à 25 appartements vu et c’est un peu la course! Mais je suis de retour! Non pas pour vous jouer des mauvais tours, mais pour une nouvelle revue cinéma sur laquelle j’avoue, je suis plus que mitigée! Aujourd’hui, on va parler du film L’ombre d’Emily, un film de Paul Feig. Et déjà là les gars, j’aurais du me méfier! Eh oui parce que Paul Feig, c’est un réalisateur qui se croit drôle mais qui l’est pas… On lui doit notamment Mes meilleures amies, qui était pas drôle, Les flingueuses, qui était pas mieux, ou encore SOS fantômes, qui lui atteint le haut du panier tellement c’était une daube. Voila, voila. Je sais pas si le mec ne sait juste pas s’entourer ou si il a juste un humour de m*rde (ou un humour qui n’est pas le mien, ça fonctionne aussi).
Toujours est-il qu’on partait plutôt bien avec L’ombre d’Emily vu que les actrices sont plutôt bankable : Blake Lively (je ne vous la présente pas hein 😉 ) et Anna Kendrick (Pitch Perfect ou Twilight) mais même là, ça ne fonctionne pas. Avant de vous en dire plus, voici le pitch de l’histoire : « Stephanie est la femme au foyer parfaite : coquette, polie et aimante, elle participe aussi à toutes les activités de l’école de son fils qu’elle élève seule depuis la mort de son mari et anime un vlog d’astuces pour maman. Les autres parents se moquent d’elle, ce qui l’empêche de se faire des amis. Mais tout commence à changer quand elle fait la rencontre d’Emily Nelson, la mère d’un ami de son fils. Les deux femmes sont très différentes : Emily est mariée, travaille en ville, jure, boit et dispose d’une grande confiance en elle et d’une classe folle. Pourtant, un après-midi, elles commencent à échanger autour d’un martini. Ce petit rendez-vous devient alors une habitude, au point qu’elles deviennent meilleures amies. Un jour, Stephanie reçoit un appel d’Emily qui lui demande de récupérer son fils après les cours. Mais la soirée passe, puis un jour, puis un autre et aucun signe d’Emily. Désespérée, elle contacte le mari d’Emily qui est en déplacement pour lui faire part de la disparition de sa femme. Une enquête de police est ouverte, mais Stephanie ne peut s’empêcher de penser à son amie. Elle va alors commencer à découvrir les nombreux et sombres secrets d’Emily. »

Le pitch était complètement intéressant c’est ça le pire! *Ne lisez pas la suite de l’article si vous voulez voir le film #SPOILER *
Comment vous dire ce que j’en penses? Je vais faire court : le film commence très bien, à la manière d’un thriller plutôt original. Sauf que : la fin est totalement débile. J’ai pas d’autres mots désolée! Le truc, c’est que je m’attendais à un ersatz de Gone Girl (David Fincher) qui m’avait foutu une claque et je me retrouve avec un téléfilm de l’après-midi sur M6
Certains points du film étaient bien pensés : on oscille entre 2 univers totalement différents : celui fleuri, kitsch et cucul à souhait de Stephanie en opposition totale à celui froid, chic, design et plein de gros mots d’Emily! Le réalisateur joue également à fond les clichés typiquement américains avec beaucoup d’humour! Et sous les traits de Anna Kendrick, les clichés fonctionnent à fond (la femme au foyer un peu coincée, la vlogeuse, la maman type Bree Van de Kamp) mais avec une pointe d’autodérision évidente! Car oui, la Stéphanie, sous ces airs de potiche, de plante verte, cache réellement bien son jeu. Le dernier point positif du film, c’est sa bande son, qui va de Gainsbourg à France Gall et qui donne à ce film une ambiance très particulière! C’est étonnant d’ailleurs d’avoir ce type de musiques dans un film américain! Les actrices jouent super bien, ça fait plaisir de revoir Blake Lively, que l’on ne voit pas assez au cinéma à mon goût! Quand à Anna Kendrick, elle a un rôle qui est assez intéressant (cette cruche qui n’en ai pas une) et ça change dans sa filmographie je trouve.
Mais les points négatifs sont tellement nombreux que le positif ne les rattrape pas malheureusement! En premier point, le scénario donc. Il aurait pu être bien ficelé car en soit l’histoire est assez intéressante, mais je ne sais pas, à un moment on perd toute notion de réalité et ça part en grand n’importe quoi. L’histoire des vlogs de Stephanie aurait pu être une porte d’entrée géniale dans la construction de l’histoire, car elle donne une sorte d’histoire « à tiroirs » mais elle tombe complètement à plat car le réalisateur ne l’exploite clairement pas sauf dans une scène. Et dernier point, on sait dès le départ qu’elle n’est pas morte la fameuse Emily. On sait qu’elle est en vie et c’est ça qui est le plus blasant dans l’histoire! Du coup, pour moi, ce n’est même pas un thriller!

Bilan? Juste savoir pourquoi elle n’est pas morte pendant 1h57, c’est un peu long quand même!

L’avez-vous vu? Qu’en avez-vous pensé? 

Des bisous!

Adeline

Publicités

[Cinéma] Les Indestructibles 2

Coucou les choux!

Aujourd’hui, je suis ravie de vous retrouver pour vous parler des Indestructibles 2!
Je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais ça fait 14 ans que l’on attendait une suite! Et bordel qu’est-ce qu’elle est bien! J’ai tout simplement adoré ce deuxième film. Le premier était déjà excellent et ce deuxième opus l’est tout autant. Mais avant de vous en parler un peu plus en détails, voici le pitch de l’histoire. Bob Paar était jadis l’un des plus grands super-héros de la planète. Tout le monde connaissait « Mr. Indestructible », le héros qui, chaque jour, sauvait des centaines de vies et combattait le mal. Mais aujourd’hui, Mr. Indestructible est un petit expert en assurances qui n’affronte plus que l’ennui et un tour de taille en constante augmentation. Contraint de raccrocher son super costume quinze ans plus tôt à la suite d’une série de lois ineptes, Bob et sa femme, Hélène, ex-Elastigirl, sont rentrés dans le rang et s’efforcent de mener une vie normale avec leurs trois enfants. Rongeant son frein, rêvant de repasser à l’action, Bob bondit sur l’occasion lorsqu’une mystérieuse convocation l’appelle sur une île lointaine pour une mission top-secret. Il va découvrir que derrière cette alléchante proposition, se cache un génie malfaisant avide de vengeance et de destruction… 14 ans plus tard, notre famille de super-héros préférée est de retour! Cette fois, c’est Hélène qui se retrouve sur le devant de la scène laissant à Bob le soin de mener à bien les mille et une missions de la vie quotidienne et de s’occuper de Violette, Flèche et de bébé Jack-Jack. C’est un changement de rythme difficile pour la famille d’autant que personne ne mesure réellement l’étendue des incroyables pouvoirs du petit dernier… Lorsqu’un nouvel ennemi fait surface, la famille et Frozone vont devoir s’allier comme jamais pour déjouer son plan machiavélique. (source Allociné)
Le film est réalisé par Brad Bird, a qui l’on doit le 1er Indestructibles mais aussi Ratatouille!

Eh bien cet opus est génial! 14 ans que l’on attend cette suite, quatorze années d’attente amplement justifiées vu la nouvelle merveille que nous offre Pixar… il y a pas à dire, ça valait le coup d’attendre 14 ans!
L’esthétique du film n’a pas changé, on reprend presque le film là où on l’a laissé il y a 14 ans, comme si on avait mis le film sur pause. Les personnages ont graphiquement évolué évidemment avec toutes les nouvelles techniques, mais c’est le seul changement notable ; le travail sur les personnages, leur caractère, leur expression de visage, tout ça n’a pas changé, mais à juste évolué! Le long-métrage est remarquablement bien écrit, la trame ne comporte aucune longueur, blanc, et chaque personnage est développé de manière très intéressante! Flèche est un peu moins pertinent que les autres pour moi, le point fort du film étant Jack Jack! C’est la cerise sur le gâteau très clairement : il est drôle, il enchaîne les bêtises, il a assez de super pouvoirs pour faire pâlir tous les supers héros de la terre et de l’univers! Il est absolument adorable et hilarant au possible avec des gags géniaux. On a parfois l’impression d’avoir un vrai bébé devant nous… La scène où il découvre ses pouvoirs est complètement dingue! Le personnage d’Edna, même si peu présent dans le film est également super marrant! Son duo avec Jack Jack est parfait!
En plus des personnages, le nouveau Indestructibles résonne plus que jamais avec l’actualité, entre charge mentale, dérive des nouvelles technologies, rapport à l’image et égalité homme/femme. Disney/Pixar continue sa politique de « féminisation » de ses héros inaugurée avec Raiponce, Rebelle, Moana… Exit les gentilles princesses, soumises à leurs princes, place aux femmes de tête, entreprenantes et indépendantes! Un discours plus que jamais en phase avec l’air du temps…


Les Indestructibles 2 mettent donc en lumière une Hélène-Elasticgirl plus délicate dans ses actions que Bob, Mr. Indestructible, un peu trop… destructeur justement. Pendant que papa Indestructible gère les enfants, les courses, les devoirs et autres « missions du quotidien », maman Indestructible sauve le monde! Je trouve géniale l’idée d’inverser les rôles, de donner du poids au rôle féminin et de laisser papa à la maison! Et dans une époque où l’on parle effectivement de charge mentale, partage des tâches entre les membres de la famille (et pas seulement tout refiler à maman), Brad Bird a compris que les films d’animation n’étaient pas réservés qu’aux enfants et pouvaient aussi délivrer plusieurs messages! Alors oui, on ne changera pas le monde avec un film, mais c’est déjà un pas en avant et c’est important.
Les scènes d’action décoiffent, elles sont spectaculaires, très bien rythmées, la musique est excellente, l’animation est à tomber et l’humour fait mouche à chaque fois!
Verdict? Les Indestructibles 2 démontre que les suites de films peuvent être à la hauteur d’un 1er opus, voir même le surpasser!

Je vous le conseille à fond si vous ne l’avez pas encore vu et si vous l’avez vu, dites moi ce que vous en pensez? 😀

Des bisous!

Adeline

 

[Cinéma] Jurassic World : Fallen Kingdom

Hello!

Ça fait un moment que je ne suis pas revenue par ici, alors je suis ravie de vous retrouver pour vous faire une petite revue cinéma!
Aujourd’hui, c’est le film Jurassic World : Fallen Kingdom que je vous présente! Je sais que la plupart des critiques sont mauvaises, mais moi j’ai vraiment bien aimé! Ça ne vaux pas les premiers Jurassic, certes, mais c’est un bon divertissement. Après, encore une fois, si vous me connaissez, je ne suis pas super objective car je suis fan absolue des films avec des dinosaures! Jurassic World : Fallen Kingdom est la suite de Jurassic World (sorti en 2015), qui est elle-même la suite de Jurassic Park (sortie en 1993). Le film est réalisé par Juan Antonio Bayona, a qui l’on doit The Impossible. Pour le casting, pas de changement par rapport au premier Jurassic World pour les rôles principaux : Chris Pratt et Bryce Dallas Howard. Justice Smith (qui n’a rien à voir avec Will Smith), Daniella Pineda et Isabella Sermon (dont c’est le premier film). Pour le spitch, le voici! Pour rappel, l’histoire du premier Jurassic World se déroule vingt-deux ans après les événements du film Jurassic Park, sur la même île : Isla Nublar. Malgré les incidents survenus au cours des trois films précédents, Jurassic World a ouvert mais, après quelques années, le parc a du mal à retenir un public désormais blasé. Les savants d’InGen conçoivent alors artificiellement une espèce de dinosaure plus grosse et plus féroce, l’Indominus Rex, qui ne tarde pas à s’échapper de son enclos. Le deuxième volet se passe trois ans plus tard, alors que les dinosaures se sont échappés de leurs enclos et ont détruit le parc à thème. Isla Nublar a été abandonnée par les humains alors que les dinosaures survivants sont livrés à eux-mêmes dans la jungle. Lorsque le volcan inactif de l’île commence à rugir, Owen (Chris Pratt) et Claire (Bryce Dallas Howard) s’organisent pour sauver les dinosaures restants de l’extinction.  Owen se fait un devoir de retrouver Blue, son principal raptor qui a disparu dans la nature, alors que Claire, qui a maintenant un véritable respect pour ces créatures, s’en fait une mission. Arrivant sur l’île instable alors que la lave commence à pleuvoir, leur expédition découvre une conspiration qui pourrait ramener toute notre planète à un ordre périlleux jamais vu depuis la préhistoire…

Alors qu’est-ce que j’en pense?
Je suis fan de dinosaures, je suis une grande fan de la saga et je sais que les derniers Jurassic (World 1 & 2) sont considérés comme moins bons et sont beaucoup plus critiqués que les premiers, mais une chose ne changera pas : les effets spéciaux sont dingues et on passe un vrai bon moment devant ce film!
Jurassic World : Fallen Kingdom est un bon divertissement, principalement grâce à son côté technique : les effets spéciaux sont déments, les dinosaures sont magnifiquement bien faits, la BO est cool… Les scènes d’action ainsi que les décors sont très bien réalisés et le rythme est très bien maîtrisé, il n’y a aucun temps mort dans ce film (qui pourtant quand même 2h). Les acteurs sont cools, j’aime beaucoup Chris Pratt, (même si depuis ces récentes sorties concernant Trump, il est descendu dans mon estime), Bryce Dallas Howard est également bien dans son rôle (et à enfin compris qu’on ne courrait pas en talons de 12 dans la jungle comme dans le premier #payetesampoules). Bref, niveau emballage, on est bon!


En dehors de ça, ce qui pèche, c’est le scénario du film. Le terme « faire du neuf avec du vieux » prend tout ce sens avec le 5éme film de cette saga qui certes est très lucrative, mais qui devient un peu redondante… L’histoire est à mon sens assez semblable à Jurassic Park : Le Monde Perdu mais elle reste intéressante, bien ficelée et ça fonctionne quand même. Pourquoi? Parce que c’est un bonheur de retrouver nos petits dinos au cinéma! (quand je vous disais que je n’étais pas objective aha). Il y a également beaucoup de clins d’œil au premier Jurassic Park, ce que je trouve vraiment chouette! D’ailleurs, on retrouve dans cet opus Jeff Goldblum qui a repris son personnage de Ian Malcolm, mathématicien et spécialiste des théorie du chaos, présent dans Jurassic Park et Jurassic Park : Le Monde perdu.
Mais quand on creuse, le film va quand même plus loin que juste « sauvons les dinos ». On devine que certains thèmes abordés sur le sort des espèces, sur les progrès de la science, la civilisation sont beaucoup plus profonds et réfléchis qu’il n’y paraît au premier abord! « La vie reprend toujours ses droits », ce sont des thèmes qui résonnent très actuels, très politiques, surtout quand l’homme y met son grain de sel, un peu comme un avertissement. Effectivement ce film est un divertissement mais aussi peut être une mise en garde sur l’avenir de la planète? C’est peut-être une idée à creuser, mais pour moi, elle est bien présente, un peu comme dans les films La Planète des Singes! Dites moi ce que vous en pensez?
Enfin, sans vous spoiler, la fin du film nous annonce un 3éme opus qui peut vraiment être alléchant si le scénario est bien construit! En bref, je vous recommande ce film si vous êtes fans des dinos, de la saga ou tout simplement si vous voulez passer un bon moment 🙂 en tout cas, moi je ne regrette absolument pas malgré les critiques négatives que j’avais lu un peu partout!
Pour la suite, à voir, si la saga Jurassic Park/World peut encore nous étonner, ou si elle court à sa propre perte!

Et vous, vous en pensez quoi?

Bisous!

Adeline