[Cinéma] Baby Driver

Hello, hello!

Je suis ravie de vous retrouver aujourd’hui pour un petit article cinéma! Et le film dont je vais vous parler aujourd’hui, c’est Baby Driver, d’Edgar Wright!
Et ce film a été une vraie claque! Mais avant de vous en parler, je vais vous présenter le pitch de l’histoire! Baby Driver c’est l’histoire de Baby, chauffeur pour des braqueurs de banque, qui a un truc pour être le meilleur dans sa partie : il roule au rythme de sa propre playlist. Lorsqu’il rencontre la fille de ses rêves, Baby cherche à mettre fin à ses activités criminelles pour revenir dans le droit chemin. Mais il est forcé de travailler pour un grand patron du crime et le braquage tourne mal… Désormais, sa liberté, son avenir avec la fille qu’il aime et sa vie sont en jeu (source Allociné). Le film est donc réalisé par Edgar Wright, a qui l’on doit notamment Shaun of the dead, Le dernier pub avant la fin du monde ou encore en tant que scénariste des films comme Ant-Man ou Les aventures de Tintin! Clairement pour moi, Baby Driver est son meilleur film et son plus abouti! Au niveau des acteurs, on retrouve Ansel Elgort, qui a joué dans Nos Etoiles Contraires et dans Divergente, Lily James, que l’on a surtout vu dans la série Downtown Abbey, mais aussi Jon Hamm (monsieur Mad Men #miam), Kevin Spacey et Jamie Foxx qu’on ne présente plus. Bref, un casting 4 étoiles 🙂

Comme je vous disais, ce film a été une grosse claque! J’en attendais beaucoup après un film comme Drive que j’avais adoré! Eh ben je n’ai pas été déçue, je n’ai pas vu le temps passer! Les courses poursuites sont démentes et mouvementées, la scène d’ouverture nous met directement dans le bain! Les acteurs se complètent biens aussi : Elgort offre une prestation de fou, sa meilleure pour moi, un mélange de Clint Eastwood, de James Dean et Steve McQueen, Kevin Spacey est top, Jon Hamm est ultra charismatique et le violent Jamie Foxx contribuent également à l’ensemble de la réussite du film! Quand à Lily James, elle apporte la touche de fraîcheur nécessaire au film.

Je trouve qu’il y a aussi plusieurs citations/hommages à d’autres films, Drive bien sur (Baby a la même manière nonchalante de dire « I drive » que Ryan Gosling par exemple, ou d’enfiler et retirer ses gants), Fast and Furious, un peu et même Monstres & Cie! Le film est aussi intéressant pour le personnage de Baby, sa relation amoureuse naissante, sa relation familiale et son « métier ». Le fait qu’il soit d’un côté aussi gentil et protecteur et de l’autre si doué pour cette profession qu’il ne devrait pas exercer crée une double personnalité très intéressante je trouve!
2 autres gros points forts sur ce film : le montage et la musique! Le montage fait entièrement parti de la narration : le film est ultra rythmé, le montage est ultra millimétré et surtout la BO du film est sublime, c’est une oeuvre d’art a elle seule. Du début à la fin, nous sommes dans l’Ipod de Baby!  Notre héros en a toujours un branché sur les oreilles et le spectateur profite lui aussi de cette trame sonore. On passe du rock au jazz, de la pop au hip-hop. C’est un fabuleux jukebox où l’on retrouve Queen, les Beach Boys, T-Rex… Pour moi, Baby Driver est une comédie musicale postmoderne. Il n’y a certes ni chansons, ni numéros dansants comme dans La La Land, mais le film est rythmé par la musique et l’habille.
La photographie est aussi sublime, Lily James est parfaitement mise en valeur par celle-ci, montrant « l’amour » du héros pour elle et l’éclairage est lui aussi magnifique que ce soit sur les extérieurs avec le soleil ou l’intérieur avec des couleurs pétantes qui renforce le côté très atypique (les scènes dans le fast-food où travaille Debbie me font un poil penser à celle de True Blood).

Verdict? C’est un film qui décoiffe, que je vous conseille à 3000%!

Vous l’avez-vu? Qu’en avez-vous pensé?

Des bisous!

Adeline

 

[Cinéma] Les figures de l’ombre

Hello les filles!

Il y a des histoires qui méritent d’être connues et c’est le cas de celle de Catherine Johnson, Mary Jackson et Dorothy Vaughan, trois scientifiques afro-américaines qui ont réalisé un exploit de taille dans les années 60 : celui de permettre à l’astronaute John Glenn d’effectuer son premier vol dans l’espace.  Aujourd’hui, je suis donc ravie de vous retrouver pour vous présenter le film Les figures de l’ombre, un film de Theodore Melfi avec Taraji P. Henson, Octavia Spencer, Janelle Monáe, Kevin Costner, Kirsten Dunst ou encore Jim Parsons! Bref, un casting de dingue pour un réalisateur inconnu au bataillon pour moi! Ce film, je l’attendais avec impatience car j’avais adoré le film Imitation Game, qui est clairement dans la même veine mais aussi La couleur des sentiments…  Pour celles et ceux qui ne connaissent pas la pitch de cette histoire, le voici : « Le destin extraordinaire des trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux États-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l’astronaute John Glenn. Maintenues dans l’ombre de leurs collègues masculins et dans celle d’un pays en proie à de profondes inégalités, leur histoire longtemps restée méconnue est enfin portée à l’écran. » (source Allociné)

Les Figures de l’ombre donc, raconte l’histoire vraie de trois scientifiques de la NASA en pleine ségrégation. Ces trois femmes exceptionnelles sont jouées par : Taraji Henson (Person of Interest, exceptionnelle Loretha Lion dans Empire et égérie  MAC pour le Viva Glam, rien que ça), Octavia Spencer (Divergente, 7 viesLa Couleur des Sentiments que je vous conseille si vous ne l’avez pas vu) et la chanteuse Janelle Monae (qui s’offre son premier vrai rôle au cinéma et qui en plus d’être une chanteuse de talent est une superbe actrice) <3. Et avec Pharell Williams comme producteur du film, on pouvait clairement en attendre du lourd!
Clairement, j’ai été complètement subjuguée par ce film et je n’ai pas vu passer les 2h qu’il a duré, j’en aurais même demandé une petite rallonge! Les images du film sont très belles, la photographie est magnifique, les musiques sont top, bref niveau « technique » c’est vraiment une bombe ce film. Melfi magnifie les femmes de son film, sait comment les rendre jolies à l’écran et les mettre en lumière au milieu de ce monde d’hommes <3! Ce portrait croisé des 3 mathématiciennes nous est présenté avec une grande tendresse et une grande admiration, grâce à trois actrices formidables et vraiment touchantes. Pour moi le réalisateur est un peu comme Godard qui sublimait Bardot dans Le Mépris (voilà, c’était l’instant compliment!)

Les Figures de l’ombre se déroule dans une Amérique en proie aux inégalités sociales et raciales. Le film de Melfi n’hésite pas à aborder ce point essentiel en évoquant à demi-mot Rosa Parks ou le quotidien difficile des personnes de couleur noire (le personnage de Taraji Henson obligée d’utiliser des toilettes spéciales par exemple, ou la bibliothèque avec des livres pour les blancs et d’autres pour les noirs).  C’est quand on voit ce genre de portrait qu’on se dit qu’il y a quand même encore beaucoup de chemin à faire pour avancer en tant que femme et qu’on est encore loin de l’égalité homme/femme… Cependant, on ne peut que se sentir toute petite et admirative face à la capacité de ses 3 femmes à faire reconnaître leur talent, leur génie, à se battre pour être entendues et écoutées en dépit de leur couleur de peau dans cet état de Virginie super ségrégationniste !  Toujours discrètes et dignes, leur percée respective dans ce monde quasiment masculin et empreint de racisme, se fera à force de regards insistants, d’audace et de persuasion tranquille même si quelques coups de griffe sont donnés ici et là avec beaucoup d’humour… Taraji P. Henson en calculatrice de talent crève l’écran par sa performance et ses deux partenaires sont émouvantes, l’une dans sa rigueur indéfectible et l’autre dans son obstination à se dépasser coûte que coûte, reprendre ses études, devenir une ingénieure… Bref, un film 100% féministe qui m’a beaucoup plu et qui donne envie d’y croire…Ironie du sort? Le film est sorti le 8 mars, pile pour la journée internationale des droits des femmes! Coïncidence? Je ne crois pas.

L’avez-vous vu? Qu’en avez-vous pensé?

Des bisous!

Adeline

[Cinéma] Tous en scène!

Bonjour à tous!

Aujourd’hui, je vous présente un film ou plus précisément un dessin animé que j’ai beaucoup aimé! Vous allez vous dire que je suis un gros bébé de 26 ans et clairement, vous n’auriez pas tout à fait tort, j’adore les dessins animés, les Disney, les Pixar, les mangas tout ça!
affiche-tous-en-scene-studio-illuminationJe suis allée voir le film Tous en scène, parce que rien que la bande annonce m’a fait mourir de rire : une comédie musicale avec des animaux qui dansent et qui chantent! Voila, voila, au moment où est sorti La La Land, je trouvais ça mignon d’avoir la (presque) pareil pour des enfants! Et puis disons le clairement, si tu me mets des animaux mignons qui en plus chantent et dansent, je ne réponds plus de rien! Voici le synopsis du film pour ceux qui ne le connaissent pas : « Buster Moon est un élégant koala qui dirige un grand théâtre, jadis illustre, mais aujourd’hui tombé en désuétude. Buster est un éternel optimiste, un peu bougon, qui aime son précieux théâtre au-delà de tout et serait prêt à tout pour le sauver. C’est alors qu’il trouve une chance en or pour redorer son blason tout en évitant la destruction de ses rêves et de toutes ses ambitions: une compétition mondiale de chant. Cinq candidats sont retenus pour ce défi: Une souris aussi séduisante que malhonnête, un jeune éléphant timide dévoré par le trac, une truie mère de famille débordée par ses 25 marcassins, un jeune gorille délinquant qui ne cherche qu’à échapper à sa famille, et une porc épic punk qui peine à se débarrasser de son petit ami à l’égo surdimensionné pour faire une carrière solo. Tout ce petit monde va venir chercher sur la scène de Buster l’opportunité qui pourra changer leur vie à jamais. » (source Allociné)

tous-en-scene-johnny

Ce film est une vraie pépite remplie d’amour, de chants et qui délivre un beau message sur la confiance en soi et le fait de toujours croire en ses rêves. Après les mémorables Moi Moche & Méchant 1 & 2, les Studios Illuminations étaient clairement attendu au tournant et on réussit leur pari! Tous en scène n’a rien à envier aux studios Pixar et Dreamworks. La réalisation est sublime, la beauté visuelle est juste ahurissante de réalité, autant dans le design de la ville, que dans celui des animaux! Je vous avais dit la même chose me semble-t-il après avoir vu Vaiana, mais là encore une fois, la précision et les détails de chacun des animaux est clairement dingue! La musique est au top, la bande-son est complètement endiablée et reprend des chansons des années 40 à maintenant (Taylor Swift, Jeff Buckley, Elton John, Queen, Frank Sinatra…). Le tout est interprété dans la version originale par Scarlett Johansson, Reese Witherspoon, Matthew McConaughey et dans la version française par Patrick Bruel, Laurent Guerra, Jenifer…

tous-en-scene-buster

Le scénario est innovant et très bien pensé et utilise comme je l’ai déjà indiqué les thèmes de la confiance en soi et l’aboutissement de ses rêves, ce qui je trouve est important dès le plus jeune âge (ou alors je suis trop naïve). L’humour est au rendez-vous également, notamment avec Miss Crawley, une mamie caméléon qui a du naître à peu près en 1900 et qui est à mourir de rire, Gunther, un cochon qui se croit dans Flashdance avec son costume à paillettes et son accent allemand ou encore Rosita (un cochon encore) qui a juste 25 enfants. L’émotion est également bien présente, notamment dans les séquences chantées (notamment Hallelujah qui est chanté à merveille) ou en rapport aux histoires des personnages principaux (je suis vague mais j’essaye de ne pas vous spoiler ^^).
Enfin le film regorge d’une galerie de personnages hauts en couleurs! Buster Moon est un koala optimiste, trop mignon (je suis fan de koalas, mon objectivité est donc à 10 000 bornes de moi à l’instant présent 😉 ), Rosita, maman cochon d’une famille (très trop) nombreuse qui est rejoint par le dynamique cochon Gunther, son déhanché et son accent allemand démoniaque, le gorille rebelle Johnny qui est en fait un coeur tendre, Ash une porc-épic punk, Mike une souris jazzman qui est un escroc, Miss Crawley, le caméléon dont je vous ai parlé plus haut et enfin, Meena, une éléphante timide qui a une voix sublime (enfin celle qui la double, mais vous avez compris 😉 ). Bref, des personnages différents mais attachants, qui font vivre le film et le rendent aussi drôle que touchant.

En conclusion, Tous en Scène est un véritable « feel good movie » version dessin animé! Grâce aux savoir-faire des Studios Illuminations qui n’est plus à prouver depuis Moi, Moche et Méchant, on se retrouve face à un dessin animé, qui est à la fois entraînant, attachant, attendrissant et très drôle! Le message porté par le film est clairement différent de Zootopie, que j’avais adoré également, mais on y trouve quand même des similitudes! Pour une « comédie musicale pour enfants », je trouve Tous en scène très réussi et porteur de beaux messages. Touchant, émouvant, drôle, beau… c’est une très belle réalisation à voir absolument!

Et vous, qu’en avez-vous pensé?

Des bisous!

Adeline