[Cinéma] Mon garçon

Hello à tous!

Aujourd’hui, c’est revue cinéma! Et c’est le film Mon Garçon qui est à l’honneur aujourd’hui!
Mon Garçon, c’est un film de Christian Carion à qui l’on doit Joyeux Noël, En mai fais ce qu’il te plaît ou encore L’affaire Firewell. De ce réalisateur, je n’ai vu que Joyeux Noël que j’avais beaucoup aimé! Dans Mon Garçon, c’est Guillaume Canet (que j’adore) qui est la tête d’affiche, avec Mélanie Laurent et Olivier de Benoist en seconds rôles. C’est le 3eme film que Carion et Canet tournent ensemble (jamais 2 sans 3 😉 ) et je crois que c’est le 2e ou 3e film du duo Laurent/Canet.

Mon Garçon, c’est un thriller haletant, nerveux et sec. Il est au final très différent de certains thrillers que j’apprécie et de ce que j’attendais. Je pensais après avoir vu la bande-annonce que Mon Garçon ressemblerait au film Prisoners que j’adore (si vous ne connaissez pas, c’est un film avec Hugh Jackman et Jake Gyllenhall sur un père dont la fille disparaît et où il fait justice lui-même! Je vous le conseille d’ailleurs!) mais en fait pas vraiment. L’histoire a des similitudes, mais le rythme est très différent!

Et pour l’histoire donc? « Passionné par son métier, Julien (Guillaume Canet) voyage énormément à l’étranger. Ce manque de présence a fait exploser son couple quelques années auparavant. Lors d’une escale en France, il découvre sur son répondeur un message de son ex femme en larmes : leur petit garçon de sept ans a disparu lors d’un bivouac en montagne avec sa classe. Julien se précipite à sa recherche et rien ne pourra l’arrêter. » (source Allociné)

Ce qui m’intéressait surtout dans ce film, c’est le dispositif du tournage créé par le réalisateur pour Mon garçon, à savoir que Guillaume Canet n’ait pas eu accès au scénario et que le tournage se faisait en temps réel ou presque! C’est une idée que le réalisateur a envie de réaliser depuis son film Joyeux Noël en 2004 (mieux vaux tard que jamais)! Je trouve ça fou pour un acteur d’avoir une opportunité pareille! Ici, on est vraiment sur une histoire vraie, une histoire de chair et de sang, d’amour perdu et de reproches, et où les parents victimes de cette disparition, dont Guillaume Canet, serait un père parfait dans sa douleur… Je trouve que plus les années passent et plus Guillaume Canet prend de l’épaisseur, son jeu devient plus dense, plus puissant et plus vrai (peut-être qu’il a des rôles plus intéressants avec l’âge aussi) ! Et Mélanie Laurent n’est pas en reste, elle nous montre vraiment la souffrance, la douleur de la perte, l’ignorance de « où est mon enfant? pourquoi lui? ». Je pense que le réalisateur a eu raison de choisir des acteurs qui soient parents eux-mêmes et le fait pour Guillaume Canet de ne pas connaitre le scénario lui a permis de se projeter encore plus dans l’histoire, de repousser encore plus ses limites en tant qu’acteur, mais aussi en tant qu’homme et en tant que père.

Au final, c’est cette souffrance « à vif » qui va nous amener à suivre Julien dans sa quête de vérité, dans sa volonté à rendre justice lui-même et de retrouver son fils. On sent malgré l’absence de ce père dans la vie de son enfant, l’amour qu’il lui porte et l’envie d’en découdre pour le retrouver. Christian Carion a su maintenir une tension, un suspens qui va crescendo sans jamais se relâcher. Où est cet enfant? On se pose la question tout au long du film. La montagne et les paysages d’hiver sont pour moi un personnage du film à part entière, par leur omniprésence : ils sont des éléments inquiétants et ils donnent une dimension vraiment anxiogène au film. Beaucoup de scènes se passent la nuit du coup l’effet d’anxiogène est encore plus poussé!
Bref, c’est un bon film, mais j’ai cependant été un poil déçue par la fin. J’aurais voulu plus d’explications. Je n’en dis pas plus, au risque de vous spoiler!

Et vous, vous l’avez vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Bisous

Adeline

Publicités

[Cinéma] Nés en Chine

Coucou les filles!

Aujourd’hui, je vous retrouve pour un article « cinéma » avec un film un peu particulier car il s’agit d’un documentaire animalier! Le film que je suis allée voir est le dernier né de chez Disney Nature, j’ai nommé « Nés en Chine« !
C’est le 8eme film Disney Nature qui sort au cinéma, après Grizzly, Chimpanzés, Les ailes pourpres, Félins, La marche de l’empereur ou encore Pollen. C’est assez rare que j’aille voir des documentaires au cinéma, mais après Félins qui m’avait clairement foutu sur les fesses, j’ai voulu réitérer avec celui-ci! Et puis j’adore les panthères qui font partis de mes animaux favoris, et j’ai une addiction non dissimulée pour les bébés pandas! Bref, ce film était pour moi!
Ce documentaire raconte l’histoire de 3 animaux : un panda géant, une panthère des neiges et un singe doré, le tout durant une année. Yaya, une maman panda géant guide son petit Mei Mei alors qu’il explore le monde et gagne en indépendance. Tao Tao, un Rhinopithèque de Roxellane -plus communément appelé singe doré – âgé de deux ans cherche sa place au sein de sa famille  après la naissance de sa petite sœur. Dawa, une panthère des neiges – un animal mystérieux rarement observé par l’homme –confrontée à l’incroyable difficulté d’élever ses deux petits dans l’un des habitats les plus hostiles et les plus impitoyables du monde (source Allociné).

Alors déjà, je vais commencer par vous dire que c’est complètement mais alors complètement différent de regarder un documentaire au cinéma que devant sa télé ou sur son ordinateur! Il y a des films comme ça qui (pour moi) ne se regardent qu’au cinéma, celui-ci en fait parti, Le Grand Bleu de Luc Besson en fait parti aussi et j’irais même plus loin en disant qu’un film comme Avatar en fait parti également! Les images sont magnifiques, les paysages sont splendides et la photographie est clairement le gros point fort de ce film. La luminosité est également un gros atout. Comme je vous disais, on suit l’histoire des animaux sur 4 saisons, et les lumières hivernales, automnales et printanières sont clairement différentes et toutes plus belles les unes que les autres! Les images nous font voyager dans les endroits les plus reculés de la Chine et ça serait vraiment dommage de regarder ça sur une télé (aussi grande soit-elle)!


Certaines prises sont clairement impressionnantes et les images sont très fortes : notamment une scène de chasse entre la panthère des neiges et un gnou ou encore celle où un aigle « kidnappe » un bébé singe qui était seul par exemple. Dit comme ça, ce n’est peut-être pas « wahou » (comparé à un blockbuster ou autre), mais s’en est impressionnant dans le sens ou, voir ce genre d’images, sachant qu’un homme est à peine à quelques mètres de l’action avec sa caméra c’est vraiment énorme! Et si autant pour les pandas, je ne pense pas que les cameramans risquent leurs vies, autant pour les gnous ou les panthères des neiges je pense que là, le risque est plus grand. Bref, les images sont impressionnantes, magnifiques et tous les superlatifs du genre!

L’histoire est également très sympa. On suit en alternance les singes, les pandas et les panthères des neiges sur une année et on les voit évoluer, grandir (surtout le bébé panda), prendre de l’indépendance et même si ce terme peut être étrange :  prendre des décisions. Dit comme ça, ça peut être bizarre mais c’est ce qui s’en rapproche le plus!
Ce que j’ai beaucoup moins aimé dans ce film c’est l’esprit « conte ». Je m’explique, le film est raconté par Claire Keim qui a, je trouve, une voix extrêmement monotone et sans nuances. Je ne sais plus qui a fait la voix dans Félins, mais j’avais trouvé cela moins « lisse » et dérangeant. Elle apporte un côté scénarisé qui n’est pas utile pour moi.

Bref, tout ça pour vous dire que c’est un très beau documentaire, très bien fait, avec des images impressionnantes, filmé en pleine nature, sans ajout aucun de « la patte de l’homme » et ça fait du bien de voir un peu de douceur dans ce monde qui part en live!

L’avez-vous vu? Aimez-vous les documentaires de ce genre?

Des bisous!

Adeline

[Cinéma] Baby Driver

Hello, hello!

Je suis ravie de vous retrouver aujourd’hui pour un petit article cinéma! Et le film dont je vais vous parler aujourd’hui, c’est Baby Driver, d’Edgar Wright!
Et ce film a été une vraie claque! Mais avant de vous en parler, je vais vous présenter le pitch de l’histoire! Baby Driver c’est l’histoire de Baby, chauffeur pour des braqueurs de banque, qui a un truc pour être le meilleur dans sa partie : il roule au rythme de sa propre playlist. Lorsqu’il rencontre la fille de ses rêves, Baby cherche à mettre fin à ses activités criminelles pour revenir dans le droit chemin. Mais il est forcé de travailler pour un grand patron du crime et le braquage tourne mal… Désormais, sa liberté, son avenir avec la fille qu’il aime et sa vie sont en jeu (source Allociné). Le film est donc réalisé par Edgar Wright, a qui l’on doit notamment Shaun of the dead, Le dernier pub avant la fin du monde ou encore en tant que scénariste des films comme Ant-Man ou Les aventures de Tintin! Clairement pour moi, Baby Driver est son meilleur film et son plus abouti! Au niveau des acteurs, on retrouve Ansel Elgort, qui a joué dans Nos Etoiles Contraires et dans Divergente, Lily James, que l’on a surtout vu dans la série Downtown Abbey, mais aussi Jon Hamm (monsieur Mad Men #miam), Kevin Spacey et Jamie Foxx qu’on ne présente plus. Bref, un casting 4 étoiles 🙂

Comme je vous disais, ce film a été une grosse claque! J’en attendais beaucoup après un film comme Drive que j’avais adoré! Eh ben je n’ai pas été déçue, je n’ai pas vu le temps passer! Les courses poursuites sont démentes et mouvementées, la scène d’ouverture nous met directement dans le bain! Les acteurs se complètent biens aussi : Elgort offre une prestation de fou, sa meilleure pour moi, un mélange de Clint Eastwood, de James Dean et Steve McQueen, Kevin Spacey est top, Jon Hamm est ultra charismatique et le violent Jamie Foxx contribuent également à l’ensemble de la réussite du film! Quand à Lily James, elle apporte la touche de fraîcheur nécessaire au film.

Je trouve qu’il y a aussi plusieurs citations/hommages à d’autres films, Drive bien sur (Baby a la même manière nonchalante de dire « I drive » que Ryan Gosling par exemple, ou d’enfiler et retirer ses gants), Fast and Furious, un peu et même Monstres & Cie! Le film est aussi intéressant pour le personnage de Baby, sa relation amoureuse naissante, sa relation familiale et son « métier ». Le fait qu’il soit d’un côté aussi gentil et protecteur et de l’autre si doué pour cette profession qu’il ne devrait pas exercer crée une double personnalité très intéressante je trouve!
2 autres gros points forts sur ce film : le montage et la musique! Le montage fait entièrement parti de la narration : le film est ultra rythmé, le montage est ultra millimétré et surtout la BO du film est sublime, c’est une oeuvre d’art a elle seule. Du début à la fin, nous sommes dans l’Ipod de Baby!  Notre héros en a toujours un branché sur les oreilles et le spectateur profite lui aussi de cette trame sonore. On passe du rock au jazz, de la pop au hip-hop. C’est un fabuleux jukebox où l’on retrouve Queen, les Beach Boys, T-Rex… Pour moi, Baby Driver est une comédie musicale postmoderne. Il n’y a certes ni chansons, ni numéros dansants comme dans La La Land, mais le film est rythmé par la musique et l’habille.
La photographie est aussi sublime, Lily James est parfaitement mise en valeur par celle-ci, montrant « l’amour » du héros pour elle et l’éclairage est lui aussi magnifique que ce soit sur les extérieurs avec le soleil ou l’intérieur avec des couleurs pétantes qui renforce le côté très atypique (les scènes dans le fast-food où travaille Debbie me font un poil penser à celle de True Blood).

Verdict? C’est un film qui décoiffe, que je vous conseille à 3000%!

Vous l’avez-vu? Qu’en avez-vous pensé?

Des bisous!

Adeline